Geo500_salle_CabrespineLes salles

Certaines salles communiquent avec la surface, le plafond ayant cédé, c’est le cas du « Barrenc » qui est un trou d’effondrement de la profondeur de Padirac et presque aussi large. Il est situé à quelques centaines de mètres du parking.

La Clamoux, qui se perd dans Cabrespine, vient des massifs schisteux imperméables, elle coule du nord vers le sud des flancs du Pic de Nore et jusqu’à la Méditerranée. Elle n’est pas la seule rivière à se perdre et à converger souterrainement vers la résurgence du Prestil.

L’eau provenant des villages de Rieussec et de Citou s’infiltre aussi au contact  des calcaires au dépend de l’argent double participant ainsi au creusement Est Ouest des circuits souterrains et du grand réseau de Cabrespine. Ce creusement est d’autant plus actif qu’à l’érosion s’ajoute une corrosion chimique, due à l’acidité des eaux venant des massifs schisteux.

Comme nous venons de le décrire ci-dessus, le travail de l’eau dans le milieu souterrain peut s’avérer souvent très complexe. Et un même réseau, c’est le cas pour le réseau de Cabrespine, peut comporter tout à la fois des grottes, des gouffres, des rivières souterraines ou encore des lacs souterrains. Le schéma ci-dessous peut nous permettre de mieux comprendre et de mieux interpréter la complexité des milieux souterrains.